RAPPORTS NOUVEAU RÉGIME/PRESSE "Diomaye et Sonko veulent museler les journalistes pour faire dans le populisme...", selon Yoro Dia

07 - Juillet - 2024

"Le combat de Pastef contre la presse est perdu d'avance", c'est la ferme conviction de Yoro Dia, ancien ministre conseiller du président Macky Sall. Ce dimanche, sur Rfm, le politologue soutient que Bassirou Diomaye Faye et Ousmane Sonko veulent "museler les journalistes pour faire dans le populisme comme l'avait fait Hitler en Allemagne".
Selon lui, les nouvelles autorités veulent faire le deuil prématuré de la presse nationale. Mais, "c'est peine perdue", défend-il.

"Le combat de Pastef contre la presse est un combat perdu d'avance, à la limite, c'est un projet fou de penser que l'on peut caporaliser la presse, c'est un projet perdu, ils vont tenter mais ils ne réussiront pas. La presse, qui a été le tremplin de Pastef pour accéder au pouvoir, va sauver le pays. Parce que dans un pays aussi ouvert que le Sénégal, dans une société aussi ouverte, Pastef ne peut pas réussir son projet. C'est quoi son projet? Cela veut dire faire peur à la presse classique pour s'adresser directement aux sénégalais par les réseaux sociaux. Et ça, c'est la logique de tous les populistes", a décrié l'ancien ministre conseiller en communication du régime précédent qui n'a pas manqué de comparer le projet de Pastef au projet nazi.
"Je compare toujours le projet de Pastef et le projet nazi. Regardez le cheminement populisme chez les nazis, populisme, coup d'Etat raté de Munich en 23, prison, élection, pouvoir. Ici populisme, insurrection ratée, prison, démocratie, victoire et c'est à partir de ce moment que l'analyse devient intéressante. Hitler a dit :"je veux supprimer la démocratie parce qu'on ne peut pas gouverner avec la démocratie. Pour supprimer la démocratie, il me faut un gouvernement sans presse". Mais c'est exactement ce qu'est en train de faire Pastef en s'attaquant à la presse. Et après avoir détruit la presse, Hitler à terrorisé les magistrats pour imposer le régime totalitaire. Pastef sait que pour imposer un régime totalitaire, il a besoin de calmer la presse, il a besoin de détruire la presse ou bien de faire peur à la presse", a souligné Yoro Dia qui trouve que le Sénégal est en "mode pause et nous avons un premier ministre incompétent et encombrant qui anime les petites querelles...,"

Pour le journaliste politologue, les nouvelles autorités, après 100 jours de gouvernance, laissent entrevoir du pilotage à vue et de l'amateurisme: "ils doivent arrêter les traques, les menaces et autres intimidations, cela bloque nos économies et le Sénégal n'a pas besoin de cela. C'est l'incertitude totale chez les chefs d'entreprise, la presse est à genoux..., tout est bloqué".

Et l'ancien ministre conseiller sous Macky Sall se dit prêt à se battre pour que la presse ne passe pas de vie à trépas.

Aly Saleh

"Diomaye et Sonko veulent museler les journalistes pour faire dans le populisme", selon Yoro Dia

"Le combat de Pastef contre la presse est perdu d'avance", c'est la ferme conviction de Yoro Dia, ancien ministre conseiller du président Macky Sall. Ce dimanche, sur Rfm, le politologue soutient que Bassirou Diomaye Faye et Ousmane Sonko veulent "museler les journalistes pour faire dans le populisme comme l'avait fait Hitler en Allemagne".
Selon lui, les nouvelles autorités veulent faire le deuil prématuré de la presse nationale. Mais, "c'est peine perdue", défend-il.

"Le combat de Pastef contre la presse est un combat perdu d'avance, à la limite, c'est un projet fou de penser que l'on peut caporaliser la presse, c'est un projet perdu, ils vont tenter mais ils ne réussiront pas. La presse, qui a été le tremplin de Pastef pour accéder au pouvoir, va sauver le pays. Parce que dans un pays aussi ouvert que le Sénégal, dans une société aussi ouverte, Pastef ne peut pas réussir son projet. C'est quoi son projet? Cela veut dire faire peur à la presse classique pour s'adresser directement aux sénégalais par les réseaux sociaux. Et ça, c'est la logique de tous les populistes", a décrié l'ancien ministre conseiller en communication du régime précédent qui n'a pas manqué de comparer le projet de Pastef au projet nazi.
"Je compare toujours le projet de Pastef et le projet nazi. Regardez le cheminement populisme chez les nazis, populisme, coup d'Etat raté de Munich en 23, prison, élection, pouvoir. Ici populisme, insurrection ratée, prison, démocratie, victoire et c'est à partir de ce moment que l'analyse devient intéressante. Hitler a dit :"je veux supprimer la démocratie parce qu'on ne peut pas gouverner avec la démocratie. Pour supprimer la démocratie, il me faut un gouvernement sans presse". Mais c'est exactement ce qu'est en train de faire Pastef en s'attaquant à la presse. Et après avoir détruit la presse, Hitler à terrorisé les magistrats pour imposer le régime totalitaire. Pastef sait que pour imposer un régime totalitaire, il a besoin de calmer la presse, il a besoin de détruire la presse ou bien de faire peur à la presse", a souligné Yoro Dia qui trouve que le Sénégal est en "mode pause et nous avons un premier ministre incompétent et encombrant qui anime les petites querelles...,"

Pour le journaliste politologue, les nouvelles autorités, après 100 jours de gouvernance, laissent entrevoir du pilotage à vue et de l'amateurisme: "ils doivent arrêter les traques, les menaces et autres intimidations, cela bloque nos économies et le Sénégal n'a pas besoin de cela. C'est l'incertitude totale chez les chefs d'entreprise, la presse est à genoux..., tout est bloqué".

Et l'ancien ministre conseiller sous Macky Sall se dit prêt à se battre pour que la presse ne passe pas de vie à trépas.

Aly Saleh

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle
Autres actualités

Kaolack et les inondations: les frères siamois du Saloum

17 Juillet 2024 0 commentaires
J'ai mis pied à Kaolack pour la première fois en Octobre 1986 pour rejoindre mon poste de professeur d'histoire et de géographie au C.E.M.II du lyc&ea...
Demande de renseignement

Contactez nous au

07 69 67 77 43

ou